RSF names 39 leaders as Press Freedom Predators

3 May 2013
World Press Freedom Day

Media release from Reporters Without Borders – RSF (See http://www.rsf.org)

Website: http://en.rsf.org/asia,2.html
Twitter: @RSFAsiaPacific, @RSF_Asia (中文)
Facebook : facebook.com/reporterssansfrontieres
Skype: rsfasia

39 leaders, groups named as Predators of Freedom of Information in 2013

On World Press Freedom Day, Reporters Without Borders is releasing an updated list of 39 Predators of Freedom of Information ­– presidents, politicians, religious leaders, militias and criminal organizations that censor, imprison, kidnap, torture and kill journalists and other news providers. Powerful, dangerous and violent, these predators consider themselves above the law.

“These predators of freedom of information are responsible for the worst abuses against the news media and journalists,” Reporters Without Borders secretary-general Christophe Deloire said. “They are becoming
more and more effective. In 2012, the level of violence against news providers was unprecedented and a record number of journalists were killed.

“World Press Freedom Day, which was established on the initiative of Reporters Without Borders, must be used to pay tribute to all journalists, professional and amateur, who have paid for their commitment with their lives, their physical integrity or their freedom, and to denounce the impunity enjoyed by these predators.”

Five new predators have been added to the list: the new Chinese president, Xi Jinping, the Jihadi group Jabhat Al-Nosra from Syria, members and supporters of Egypt’s Muslim Brotherhood, Pakistan’s Baloch armed groups, and Maldives’ religious extremists. Four predators have been dropped from the list: former Somali information and communications minister Abdulkadir Hussein Mohamed, Burmese President Thein Sein, whose country is experiencing unprecedented reforms despite the current ethnic violence, the ETA group, and the Hamas and Palestinian Authority security forces, which are harassing journalists less.

To draw attention to their abuses, Reporters Without Borders has drafted indictments against some of these predators in the hope that they will one day be brought before competent courts. To better highlight the gulf between propaganda and reality, the statements of some of them have been contrasted with the facts. And to show how some predators really think, we have presented their innermost thoughts in the first person. We had to use a little imagination, of course, but the facts alluded to conform to reality.

New names in the list of predators

A predator goes and is replaced by another. It is no surprise that Xi Jinping has taken former Chinese President Hu Jintao’s place as predator. The change of person has not in any way affected the repressive system developed by China’s Communist Party.

The list of predators has been impacted by the repercussions from the Arab Spring and uprisings in the Arab world. Members and supporters of Egyptian President Morsi’s party, the Muslim Brotherhood, have been responsible for harassing and physically attacking independent media and journalists critical of the party.

Jabhat Al-Nosra’s entry into the predators list reflects the evolution in the Syrian conflict and the fact that abuses are no longer attributable solely to the regime, represented on the list by Bashar al-Assad, but also to opposition armed groups, which are proving to be more and more intolerant and suspicious towards the media. At least 23 journalists and 58 citizen-journalists have been killed in Syria since 15 March 2011 and seven journalists are currently missing.

In Pakistan, Baloch armed groups, including the Balochistan Liberation Army, Baloch Liberation Front and Baloch Musallah Defa Army, have turned the southwestern province of Balochistan into one of the world’s most dangerous regions for journalists. Consisting of armed separatist groups and opposing militias created to defend the central Pakistani government, they have spread terror in the media and created information “black holes.” Pakistan’s intelligence agencies are also on the predators list because of their abuses against the media.

Ever since the army mutiny that overthrew President Mohamed Nasheed in the Maldives in 2012, extremist religious groups have tried to use their nuisance power to extend their influence. They have become more aggressive as the July 2013 presidential election approaches, intimidating news media and bloggers and using freedom of expression to impose a religious agenda while denying this freedom to others.

Unacceptable impunity for predators

Physical attacks on journalists and murders of journalists usually go completely unpunished. This encourages the predators to continue their violations of human rights and freedom of information. The 34 predators who were already on the 2012 list continue to trample on freedom of information with complete disdain and to general indifference.

The leaders of dictatorships and closed countries enjoy a peaceful existence while media and news providers are silenced or eliminated. Such leaders include Kim Jong-un in North Korea, Issaias Afeworki in Eritrea and Gurbanguly Berdymukhammedov in Turkmenistan. In these countries, as in Belarus, Vietnam, Uzbekistan and other Central Asian countries, the international community’s silence is not just shameful, it is complicit.

Reporters Without Borders urges the international community not to hide behind economic and geopolitical interests. Thanks to their rich natural resources, Azerbaijan’s Ilham Aliyev and Kazakhstan’s Nursultan Nazarbayev are confident that no one will rap their knuckles. Economic interests come before everything else, as they do with China. It is the same with countries that the West regards as “strategic.”

Iran’s two predators – President Mahmoud Ahmadinejad and the Supreme Leader, Ayatollah Ali Khamenei – have already taken steps to deter the media from providing independent coverage of next June’s presidential election. The waves of arrests of journalists that began on 27 January, “Black Sunday,” are clear evidence of this.

Criminal organizations and paramilitary groups that are often linked to drug trafficking – Mexico’s Zetas, Colombia’s Urabeños and the Italian Mafia – continue to target journalists and media they regard as too curious, independent or hostile. In Mexico, a country that is especially deadly for media personnel, 87 journalists have been killed and 17 have disappeared since 2000. Justice has not been properly rendered in any of these cases.

Since Vladimir Putin’s return to the presidency in Russia, the authorities have tightened their grip even further in response to unprecedented opposition protests. The country remains marked by a completely unacceptable level impunity for those responsible for violence against journalists. A total of 29 have been murdered since 2000, including Anna Politkovskaya.

Why are predators never brought to justice?

The persistently high level of impunity is not due to a legal void. There are laws and instruments that protect journalists in connection with their work. Above all, it is up to individual states to protect journalists and other media personnel. This was stressed in Resolution 1738 on the safety of journalists, which the United Nations security
council adopted in 2006.

Nonetheless, states often fail to do what they are supposed to do, either because they lack the political will to punish abuses of this kind, or because their judicial system is weak or non-existent, or because it is the authorities themselves who are responsible for the abuses.

The creation of a mechanism for monitoring adherence to Resolution 1738, which Reporters Without Borders has proposed, would encourage member states to adopt specific provisions for penalizing murders, physical attacks and disappearances that target journalists, would extend Statesʼ obligations to non-professional “news providers” and would reinforce their efforts to combat impunity for such crimes.

At the international level, the legal protection of journalists is also guaranteed by the Universal Declaration of Human Rights, the International Covenant on Civil and Political Rights, the Geneva Conventions and other instruments. The United Nations recently published an Action Plan on the safety of journalists and measures to combat impunity for crimes of violence against them.

The International Criminal Court’s creation has unfortunately not helped advance the fight against impunity for those responsible for the most serious crimes of violence against journalists, although journalists play a fundamental role in providing information and issuing alerts during domestic and international armed conflicts. The ICC only has jurisdiction when the crime takes place on the territory of a state that is a party to the Rome Statute (which created the ICC) or if the accused person is a citizen of a state party.

Furthermore, the Rome Statute provides for no specific charge for deliberate physical attacks on journalists. Article 8 of the statute needs to be amended so that a deliberate attack on media professionals is regarded as a war crime.

Dropped from the predators list

Abdulkadir Hussein Mohamed
Also know as “Jahweyn,” this Somali politician is no longer minister of information and telecommunications. His successor does not seem to be directly responsible for harassment, intimidation or other abuses against media personnel. Journalism nonetheless continues to be very dangerous in Somalia, with a total of 18 journalists killed in 2012.

Burmese President Thein Sein
Installed as president in March 2011, Thein Sein no longer qualifies as a predator of freedom of information. Under his presidency, the military junta has disbanded and all jailed journalists and bloggers, including Democratic Voice of Burma’s 17 video-journalists, have been freed. In 2012, prior censorship was abolished and many exile media began operating openly inside the country. The first privately-owned daily newspapers appeared in early 2013.

Hamas and Palestinian Authority security forces
The security forces of the Palestinian Authority in the West Bank and those of the Hamas government in the Gaza Strip have been dropped from this year’s list of predators because the number of their press freedom violations has fallen considerably in the past four years. The situation of freedom of information in the West Bank and Gaza Strip is nonetheless still the subject of concern. The Hamas government recent banned local journalists from working for Israeli media, and many journalists are prosecuted for insulting President Mahmoud Abbas.

ETA
The organization ETA has been dropped from the 2013 list. It announced the “definitive end to armed actions” in 2011 and has carried out no attacks on journalists or news media since then. Reporters Without Borders has
of course not forgotten all the journalists who were physically attacked or killed by ETA and continues to demand justice for those crimes of violence. Reporters Without Borders will also continue to be on the lookout for any future threat to media freedom by ETA.

_______________________

3 mai 2013
JOURNEE MONDIALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE

39 Prédateurs de la liberté de l’information recensés par RSF en 2013

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, Reporters sans frontières publie une liste de 39 Prédateurs de la liberté de l’information, chefs d’Etats, hommes politiques, chefs religieux, milices et organisations criminelles qui censurent, emprisonnent, enlèvent, torturent et parfois assassinent les journalistes et autres acteurs de l’information. Puissants, dangereux, violents, ces Prédateurs se considèrent au-dessus des lois.

“Ces prédateurs de la liberté de l’information sont responsables des pires exactions contre les médias et leurs représentants. Leurs actions sont de plus en plus efficaces : 2012 a été une année historiquement violente pour les acteurs de l’information, avec un nombre record de journalistes tués”, déplore Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières. “La Journée mondiale de la liberté de la presse, instaurée à l’initiative de Reporters sans frontières, doit être l’occasion de rendre hommage à tous les journalistes, professionnels et amateurs, qui payent leur engagement de leur vie, leur intégrité physique ou leur liberté, et de dénoncer l’impunité dont bénéficient ces prédateurs.”

Cinq nouveaux prédateurs rejoignent la liste : le nouveau président chinois Xi Jinping, le groupe djihadiste Jabhat Al-Nosra en Syrie, les membres et partisans des Frères musulmans en Egypte, les groupes armés baloutches du Pakistan et les extrémistes religieux des Maldives. Quatre prédateurs ont disparu de la liste : l’ancien ministre somalien de l’Information et des Télécommunications, Abdulkadir Hussein Mohamed ; le président birman Thein Sein, dont le pays connaît une ouverture sans précédent, malgré une situation instable ; le groupe ETA, ainsi que les forces de sécurité du Hamas et de l’Autorité palestinienne, dont les exactions envers les médias sont en sensible diminution.

Pour mieux dénoncer les Prédateurs, Reporters sans frontières formule des actes d’accusation étayés dans l’espoir que ces individus ou ces mouvances soient un jour forcés de rendre des comptes à la justice. Pour mettre en évidence le décalage entre leurs propagandes et la vérité, leurs assertions officielles sont confrontées aux faits. Pour démontrer leurs intentions profondes, Reporters sans frontières se met dans leurs têtes et présente leurs pensées au style direct, à la première personne. La transcription est librement établie par l’organisation, mais les faits invoqués conformes à la réalité.

De nouveaux noms dans la liste des Prédateurs

Un prédateur en remplace un autre : Xi Jinping reprend sans surprise la place de prédateur de l’ancien président chinois Hu Jintao. Le changement d’individu ne remet en rien en cause le système liberticide porté à bout de bras par le Parti communiste chinois.

La liste des prédateurs subit elle aussi le contre-coup des printemps arabes et des mouvements de soulèvements populaires. Les membres et partisans du parti des Frères musulmans en Egypte se rendent responsables d’actes d’agressions, de pressions et de harcèlement envers les médias indépendants et les journalistes critiques du parti et du président Morsi.

L’entrée de Jabhat Al-Nosra symbolise l’évolution du conflit syrien et le fait que les exactions ne sont plus du seul fait du régime, représenté dans la liste des prédateurs par Bashar Al-Assad, mais également de groupes armés de
l’opposition, qui s’avèrent de plus en plus intolérants et suspicieux envers les médias.
Du 15 mars 2011 au 3 mai 2013, au moins 23 journalistes et 58 citoyens-journalistes ont été tués en Syrie. A ce jour, 7 journalistes sont toujours portés disparus.

Au Pakistan, les groupes armés Balochistan Liberation Army (BLA), Baluch Liberation Front (BLF) et Musallah Defa font du Balochistan l’une des régions les plus dangereuses au monde pour les journalistes. Ils ont instauré la terreur au sein des médias, assassiné des journalistes et créé des trous noirs de l’information. A noter que les services de renseignement pakistanais, également responsables d’exactions contre la presse, figurent déjà dans la liste des prédateurs.

Aux Maldives, depuis la mutinerie militaire de 2012, qui a renversé le président Mohamed Nasheed, les groupes religieux extrémistes tentent d’user de leur force de nuisance pour étendre leur influence dans le pays. A l’approche des élections présidentielles de juillet 2013, ils durcissent leurs positions. Ils intimident les médias et les
blogueurs et instrumentalisent la liberté d’expression pour imposer un agenda religieux en refusant que cette liberté soit étendue aux autres.

Ces Prédateurs qui jouissent d’une intolérable impunité

Les agressions et assassinats de journalistes se soldent généralement par une impunité totale des responsables. C’est pour les Prédateurs un encouragement à poursuivre les violations des droits de l’homme et de la liberté d’information. Les trente-quatre Prédateurs qui figuraient déjà sur la liste 2012 continuent de piétiner la liberté d’information dans le dédain le plus complet et l’indifférence générale.

Les dirigeants des régimes dictatoriaux et des pays les plus fermés coulent des jours paisibles tandis que la presse et les acteurs de l’information étouffent ou ont été réduits au silence. C’est le cas de Kim Jong-un en Corée du Nord, Issaias Afeworki en Erythrée ou Gourbangouly Berdymoukhamedov au Turkmenistan. Pour ces pays, ainsi que pour le Bélarus, le Vietnam, l’Erythrée et les autres dictatures d’Asie centrale (Ouzbékistan en tête), le silence de la communauté internationale est plus que coupable, il est complice. RSF appelle la communauté internationale à ne plus se cacher derrière les intérêts économiques et géopolitiques. Forts de leurs ressources naturelles, Ilham Aliev en Azerbaïdjan, et Noursoultan Nazarbaïev au Kazakhstan savent pertinemment que nul ne viendra leur taper trop fort sur les doigts. Les intérêts économiques passent avant tout, comme avec la Chine. Même scénario pour des Etats ‘stratégiques’ pour les pays occidentaux.

Les deux prédateurs iraniens – le président Mahmoud Ahmadinejad et le Guide Suprême, l’Ayatollah Khamenei – ont déjà pris des mesures pour dissuader les médias d’assurer une couverture indépendante de l’élection présidentielle du 14 juin 2013. En témoignent les vagues d’arrestations de journalistes et détentions préventives qui se succèdent depuis le dimanche noir, 27 janvier 2013.

Les organisations criminelles ou paramilitaires, souvent liées au narcotrafic – Zetas au Mexique, Urabeños en Colombie ou mafias italiennes – continuent de prendre pour cibles journalistes et médias jugés trop curieux, trop indépendants, souvent hostiles. Pays particulièrement meurtrier pour les journalistes, le Mexique en compte 86 tués et 17 disparus depuis 2000. Justice n’a été réellement rendue dans aucune de ces affaires.

En Russie, un tour de vis répressif a été mis en place depuis le retour à la présidence de Vladimir Poutine, en réponse à une mobilisation sans précédent de l’opposition. Le pays reste marqué par l’impunité intolérable de nombreux assassins et agresseurs de journalistes. Pas moins de 29 journalistes ont été tués en lien direct avec leur activité professionnelle depuis l’année 2000, dont la journaliste Anna Politkoskaïa.

Pourquoi les prédateurs échappent-ils à la justice ?

La persistance d’un haut niveau d’impunité ne s’explique pas par l’existence d’un vide juridique. Des normes et des mécanismes existent pour protéger les journalistes dans l’exercice de leur profession. La protection des journalistes et autres acteurs médiatiques incombe en premier lieu aux États comme le rappelle la résolution 1738 relative à la sécurité des journalistes, adoptée par le Conseil de sécurité des Nations Unies en 2006. Pourtant, les Etats sont trop souvent défaillants, soit par manque de volonté politique de réprimer de telles exactions, soit parce que leur appareil judiciaire est inexistant ou affaibli, soit encore parce que les autorités sont responsables de ces exactions. La mise en place d’un mécanisme de contrôle du respect et du suivi de la résolution 1738 par les Etats membres des Nations unies, proposée par Reporters sans frontières, inciterait les Etats à adopter des dispositions pénales spécifiques incriminant les crimes, agressions et disparitions de journalistes, à étendre les obligations des États envers les acteurs de l’information non-professionnels et à renforcer leur lutte contre l’impunité.

Au niveau international, la protection juridique des journalistes est également garantie par la Déclaration universelle des droits de l’homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, les Conventions de Genève entre autres textes. Les Nations unies ont récemment publié un Plan d’Action sur la sécurité des journalistes et la lutte contre l’impunité.

La mise en place d’une Cour pénale internationale n’a malheureusement pas fait progresser la lutte contre l’impunité des auteurs des crimes les plus graves contre les journalistes, malgré leur rôle fondamental d’information et d’alerte pendant les conflits armés internes et internationaux. La CPI n’est compétente que lorsque les faits ont lieu sur le territoire d’un Etat partie ou si la personne accusée du crime est ressortissant d’un Etat partie. En outre, le Statut de Rome (constitutif de la CPI) ne prévoit aucune incrimination spécifique des attaques délibérées contre les journalistes. Un amendement à l’article 8 est nécessaire pour que les attaques délibérées contre les professionnels des médias soient considérées comme un crime de guerre.

Ces personnalités et mouvements qui sortent de la liste des Prédateurs

Abdulkadir Hussein Mohamed
Surnommé “Jahweyn”, cet homme politique somalien a quitté son poste de ministre de l’Information et des télécommunications. Son successeur ne semble pas directement responsable de pressions, d’intimidations ni d’exactions à l’encontre de la presse. L’exercice du métier d’informer reste certes très périlleux en Somalie (où 18 morts ont été recensés en 2012).

Le président birman Thein Sein
Au pouvoir depuis mars 2011, Thein Sein ne mérite plus le qualificatif de prédateur de la liberté de la presse. C’est sous sa présidence que la junte militaire a été dissoute et que tous les journalistes et blogueurs emprisonnés, y compris les 17 vidéo-journalistes de la Democratic Voice of Burma, ont été libérés. En 2012, la censure préalable a été abolie, nombre de médias en exil sont rentrés. Les premiers quotidiens privés sont parus début 2013.

Les forces de sécurité du Hamas et de l’Autorité palestinienne
Les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et celles du gouvernement du Hamas à Gaza sortent cette année de la liste des prédateurs. Le nombre de violations de la liberté de la presse qu’elles ont commises a considérablement diminué au cours des quatre dernières années. Toutefois, la situation de la liberté de l’information reste préoccupante, en Cisjordanie et à Gaza. Le gouvernement du Hamas a récemment interdit aux journalistes gazaouis toute collaboration avec des médias israéliens, et très nombreux sont les procès pour ‘insulte à la personne du Président Mahmoud Abbas’.

ETA
L’organisation a été retirée de la liste des Prédateurs en 2013. ETA a en effet annoncé en 2011 la “fin définitive de ses actions armées” et depuis n’a pas réalisé d’attentats contre des journalistes ou médias. Reporters sans frontières n’oublie naturellement pas les journalistes tués ou agressés par ETA et continue de demander que justice soit faite pour les actes commis. A l’avenir, RSF demeurera extrêmement vigilante, attentive au moindre indice de menace contre la liberté de la presse dont se rendrait coupable ETA.

Benjamin Ismaïl
Head of Asia-Pacific Desk
Reporters Without Borders

Website: http://en.rsf.org/asia,2.html
Twitter: @RSFAsiaPacific, @RSF_Asia (中文)
Facebook : facebook.com/reporterssansfrontieres
Skype: rsfasia

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s